Expérimentations

Dans le cadre de ses missions d’établissement public local d’enseignement agricole du Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, le CFPPA de Coutances développe des programmes d’expérimentation en relation directe avec la zootechnie conchylicole.

Historique des expérimentations aquacoles

1992 :

début du programme de recherche sur la fixation et la métamorphose des larves d’huîtres creuses mené par le CFPPA en partenariat avec le Laboratoire de Biologie et Biotechnologies Marines de l’Université de Caen dirigé par le Professeur Michel MATHIEU.
Ce programme qui a duré 3 ans a permis de mettre en évidence l’importance de la méthode d’élevage des larves en écloserie pour l’acquisition de la compétence larvaire indispensable aux étapes de fixation et métamorphose, l’importance de la qualité de l’eau sur l’étape de fixation, et le comportement grégaire des larves au moment de la fixation.
Lors de ce programme, une méthode d’induction de la fixation ainsi qu’une méthode d’induction de la métamorphose à l’aide des neuromédiateurs naturels ont été mises au point.


1994
 
:
Le CFPPA a travaillé sur la phase de pré-grossissement de jeunes naissains d’huîtres en bassin, et a conçu une structure de pré grossissement simple, peu coûteuse en investissement et en entretien qui permet aux professionnels disposant d’un bassin de pré-grossir de très jeunes naissains d’huîtres (T1 à T4) achetés en écloserie


1995
 :

Dans le cadre du programme d’activité scientifique (PAE) des élèves de seconde du lycée Agricole, le CFPPA a mené une expérimentation sur la culture des micro-algues et a mis au point un protocole simple de sulture de micro-algues pouvant être utilisé par les professionnels lors du télé-captage.

 

1996 :

Le CFPPA acquiert une concession de 2,5 ares sur l’estran de Blainville sur mer, permettant la réalisation de travaux pratiques pour les stagiaires futurs conchyliculteurs. Le parc à huîtres est également utilisé pour mener des expérimentations en milieu naturel, notamment pour étudier l’impact de la technique d’élevage sur la croissance et la qualité des huîtres.
C’est le début d’une longue étude sur la zootechnie d’élevage des huîtres en surélévation sur l’estran.

 

1998 :

Le CFPPA méne une étude portant sur 5 paramètres contrôlable par les professionnels, pouvant avoir un effet sur le phénomène des mortalités estivales des naissains d’huîtres creuses, en partenariat avec le laboratoire de biologie marine de l’Université de Caen et le SMEL.

1999 :

Le CFPPA mène une étude sur l’impact de la hauteur des tables sur la croissance des huîtres en partenariat avec la MSA, afin de limiter les troubles musculo-squelettiques liés au travail sur tables basses.
Cette étude a été répétée 3 fois entre 1999 et 2002 afin de vérifier la véracité des résultats.
Depuis la vulgarisation des résultats de cette étude sous forme d’articles courts dans les revues « Cultures Marines » et « Pleine Mer », une majorité des ostréiculteurs de Blainville sur mer et de Gouville sur mer installe des tables de 70cm en remplacement des anciennes tables de 40cm.
Le confort de travail sur ces parcs en est considérablement amélioré.

2000 :

Le CFPPA publie les résultats « Etude de l’impact de paramètres contrôlables par les professionnels, agissant sur la croissance des huîtres creuses élevées en mer, en surélévation ».
Ce rapport s’appuie sur les résultats acquis depuis 1995 et met en évidence l’impact de la densité dans les poches, du choix de la taille des mailles, du choix du type d’huîtres, du choix des animaux maintenus ou non en élevage, sur les performances de croissance et sur la qualité.
Cette étude originale menée sur la technique d’élevage des huîtres en poche propose en conclusion une approche globale au niveau des stratégies d’élevage et surtout une nouvelle façon de mener un cycle de production, ce que le CFPPA nomme une approche comptable du cycle de production.
Il démontre ainsi dans cette étude que la modification de certaines pratiques d’élevage permettra :

  • de diminuer le coût à la production
  • d’améliorer la qualité du produit final
  • d’améliorer les conditions de travail des professionnels en diminuant le poids des poches et en réduisant le nombre de manutentions au cours du cylce de production.

Enfin, grâce à tous ces résultats accumulés depuis 1995, le CFPPA a crée un programme informatique de simulation de production où l’on voit la production finale évoluer en fonction des choix de densité par poche aux différentes étapes de la production.
Cet outil est maintenant utilisé par les groupes en formation. 
Depuis cette date, les mesures de croissance sont menées tous les ans pour capitaliser les données et le programme de simulation a considérablement évolué.

2005-2009 :

A l’initiative du CFPPA, en partenariat technique opérationnel avec le Lycée Maritime et Aquacole de Cherbourg, un programme d’expérimentation à vocation pédagogique est mené. Les objectifs de ces études sont :

  1. de vérifier la réelle efficacité d’un nombre de retournements des poches ostréicoles,
  2. de quantifier la variation de biomasse, la mortalité, à l’issue d’un échange croisé de cheptels ostréicoles entre la côte ouest et la côte est du Cotentin,
  3. de démontrer l’importance du soin apporté au naissain et du choix d’une densité par poche adaptée (dés son arrivée dans les entreprises) au cours de la première année d’élevage.

Un comité de pilotage associe les représentants de la profession (SRC), les partenaires scientifiques (Université de Caen, SMEL, IFREMER) et les partenaires financiers (Conseil Régional de Basse-Normandie).

Aujourd’hui, le CFPPA a donc acquis un savoir-faire concret adapté dans l’alaboration et le mise en oeuvre des protocoles d’expérimentations aquacoles adaptés au contexte conchylicole.

Actuellement le CFPPA est fortement impliqué dans les travaux de recherche sur les causes de mortalités de jeunes huîtres et sur les solutions zootechniques permettant d’augementer le taux de survie à l’issue de la première et deuxième année.
Le CFPPA est un des membres du CRH nouvellement constitué et dirigé par le professeur MATHIEU de l’Université de Caen.

Les projets d’expérimentations en zootechnie conchylicole et les programmes en cours

Etude de la relation entre le taux de croissance et le taux de mortalité. Expérimentation sur les « isolements » de lots d’huîtres pendant les périodes à risque.

Suivis de mortalité. Mise au point d’un collecteur spécifique au télécaptage. Optimisation de la technique de télécaptage (densité sur le collecteur, temps de prégrossissement en bassin, alimentation au cours du télécaptage…). Etude des mécanismes d’adaptation de l’huître creuse aux différentes pratiques culturales (densité par poche, transfert, bathymétrie).